#Girlboss, l’incroyable success story d’une cancre - Livres | Ados.fr
GirlBoss

#Girlboss, l’incroyable success story d’une cancre

Comment peut-on passer de post-ado anticapitaliste qui fait les poubelles à gérante d’un empire mode qui brasse des millions et est érigé en modèle ? #GirlBoss, c’est l’incroyable histoire de Sophia Amoruso qui en quelques années s‘est bâti un véritable empire. Une success story qu’elle raconte dans son livre #GirlBoss, mi-autobiographie, mi-coach de vie, punchy et girly !


Le pitch : Sophia Amoruso n’était pas forte en maths. Elle n’a pas fréquenté les prestigieuses universités dont sont issus la plupart des patrons de la Silicon Valley.
En fait, Sophia Amoruso était même un cancre. Elle s’intéressait plus aux fêtes et aux copains qu’aux études. D’ailleurs, elle va tout arrêter à 17 ans, pour devenir… anarchiste, voleuse, fouilleuse de poubelles et bien d’autres choses encore avant que la roue ne tourne.
Au cours d’un petit boulot aussi peu intéressant que tous les autres qu’elle a pu essayer, elle se découvre une passion : dénicher des vêtements vintage pour les revendre sur eBay. Nasty Gal est né, ce sera le début de la gloire. En seulement 8 ans, elle va bâtir un véritable empire de la mode en ligne, sans rien connaitre du business, ni des règles du marché, mais à force de travail et de persévérance. Sophia devient en moins de 10 ans, une chef d’entreprise atypique, à la tête d’une boite qui génère des millions de dollars.

Le destin vous joue parfois des tours et Sophia Amoruso prouve que d’anarchiste à P-DG d’une boite qu’elle aurait jugée de capitaliste dans sa jeunesse, il n’y a qu’un pas. Et comme elle le dit si bien : "Le droit chemin n’est pas le seul qui mène au succès."

 


Notre avis : Sophia Amoruso est devenue un véritable phénomène. De voleuse à l’étalage à P-DG et directrice artistique de Nasty Gal, Sophia n’a pas volé son titre de "Cendrillon de la technologie". Et si son autobiographie cartonne ce n’est pas uniquement parce que les success stories fonctionnent toujours bien aux Etats-Unis et ailleurs, parce qu’elles vendent du rêve et nous rappellent les contes de fées. Non, si ça fonctionne bien, c’est aussi parce que Sophia représente un peu toute une génération qui en partant de rien, rêve d’atteindre les sommets et y arrivent avec brio.

En plus, son #GirlBoss sonne comme un parcours initiatique aux accents féministes. Elle nous rappelle à coup de girl power qu’avec beaucoup de volonté et de travail on peut obtenir ce que l’on veut. Car si Sophia sans diplôme aucun, anarchiste acharnée et anticapitaliste a réussi à devenir un exemple de réussite suivi par des millions de followers et adoubé par le petit monde de la mode, autant dire que nous avons toutes nos chances dans les projets que nous entreprenons.

Une philosophie de combattante qu’elle distille tout au long de ces pages qui se lisent bien. Il faut dire que Sophia experte en images a eu la bonne idée de parsemer de-ci de-là des photos et des illustrations à la façon d’un journal intime. Une aventure humaine imaginée, illustrée et parsemée de témoignages. Car Sophia à travers son bouquin souhaite insufflée en chacune la volonté d’aller au bout de ses rêves et donne également des conseils à toutes celles qui ont envie de se lancer dans l’aventure de l’entreprenariat et du web.

Son #Girlboss est à mi-chemin entre l’autobiographie et un guide de survie qui aurait pu s'appeler : "Monter sa boite et réussir pour les nuls". Un livre bien écrit dans lequel on peut papillonner d’un chapitre à l’autre sans perdre le fil.

Dans #GirlBoss, on suit donc Sophia de ses débuts, jeune fille un peu paumée, seule et enfermée dans son petit appartement en train de vendre sur sa boutique eBay, à son expansion dans des locaux immenses et luxueux à Los Angeles avec quelques 400 employés.

Dans cet univers où tout est réussite, on notera tout de même cette attitude ultra combative, limite rentre-dedans. Sophia est un pur produit du "self-made-woman" américain avec ce petit côté va-t’en guerre. On sent qu’elle ne lâche rien et vante les mérites d’une société où il faut être accro au boulot, s’y donner sans retenue et avec une certaine hargne. Bref, tout l’inverse de celles qui rêvent de se réaliser en se la jouant dilettante.

 


Citation : "Vos pensées sont comme des billets de banque : ne les gaspillez pas !"
"J'ai lâché l'école, j'ai été une squatteuse marginale, une étudiante nulle et une employée fainéante."

Jessica Xavier

A voir : www.nastygal.com
www.girlboss.com

dernière mise à jour : 01 décembre 2015
Forums Public Ados
  • 16897
    Vous lisez quoi en ce moment??
  • 38
    Mangas pour fille de 13 ans
  • 23
    quel est votre couple preferé dans les yaoi ?
  • 22
    Idée de cosplay ?
  • 16
    Top 3 (personnel) de vos mangas préférés ?