Spécial bac français : les trucs à retenir sur Le Misanthrope - Livres | Ados.fr

Le Misanthrope (Couverture du livre)

Le Misanthrope

Auteur : Molière
Genre: Théâtre
Editeurs : J'ai lu Sortie : 1666

52

Spécial bac français : les trucs à retenir sur Le Misanthrope

Le courant littéraire :

Le classicisme, courant majeur à partir des années 1660, alors que Louis XIV règne à la cour. Molière respecte les règles classiques du théâtre héritées des Grecs et des Romains (règle des trois unités et bienséance). La pièce dénonce sérieusement l'hypocrisie sociale. C'est une comédie classique non conventionnelle.

Les personnage principaux :

Alceste : c'est un personnage idéaliste et l'amant de Célimène. Il prétend se comporter sans hypocrisie et clame son intransigeance face au pouvoir et à ses compromissions : « je hais tous les hommes / Les uns, parce qu'ils sont méchants et malfaisants / Et les autres, pour être aux méchants complaisants / Et n'avoir pas pour eux ces haines vigoureuses / Que doit donner le vice aux âmes vertueuses », dit-il dans la première scène. Paradoxalement, c'est de Célimène, une jeune femme mondaine et coquette qu'il s'éprend. Désireux de fuir cette société des hommes où règne l'hypocrisie, il souhaite convaincre Célimène de renoncer à ce monde par amour pour lui.

Célimène : Célimène est une jeune veuve de vingt ans qui aime séduire et plaire. Elle est belle, libre et coquette. Elle appartient à ce monde du jeu et du paraître qu'Alceste déteste. Elle peut aussi être très médisante, comme dans l'épisode de la lettre où elle ridiculise ses soupirants. Inconstante, elle va tromper Alceste.

Philinte : c'est l'ami d'Alceste, un homme de bien. Mais Alceste et lui sont souvent en désaccord sur la façon de se comporter en société. Philinte reproche à son ami son manque de politesse et ses excès de noirceur, bien qu'il comprenne ses positions.

L'argument qui tue : « Alceste est un homme sincère mais malheureux, qui souffre de l'hypocrisie du monde »

Alceste a un caractère complexe. C'est quelqu'un de sincère, qui refuse les flatteries et se rapproche d'un idéal d'honnêteté. Mais il éprouve aussi un véritable dégoût, voire de la haine envers le genre humain. "L'ami du genre humain n'est point du tout mon fait", dit-il. Il en devient même agressif envers Philinte et est injuste dans ses excès. Sa misanthropie le fait souffrir, et il fait souffrir en retour, comme dans un cercle vicieux.

Le film à voir en complément :

- Le Misanthrope (1971) de Pierre Dux, avec Jean Rochefort dans le rôle d'Alceste.

Les citations importantes :

« Sur quelque préférence, une estime se fonde / Et c'est n'estimer rien, qu'estimer tout le monde. » (Alceste, acte I, scène I, vers 57-58)

« Moi, votre ami ? Rayez cela de vos papiers. » (Alceste, acte I, scène I, vers 8)

« La parfaite raison fuit toute extrémité / Et veut que l'on soit sage avec sobriété. » (Philinte, acte I, scène I, vers 151-152)

« Mais la raison n'est pas ce qui règle l'amour. » (Alceste, acte I, scène I, vers 248)

Les grands thèmes du Misanthrope :
 

 
L'hypocrisie :
elle est illustrée par Célimène, pour qui les faux-semblants amoureux font partie de la vie sociale, et peuvent être exploités pour favoriser ses intérêts. Dans la première scène, elle expose à Alceste sa conception de l'amour. Elle lui avoue qu'elle l'aime, mais refuse de se couper du monde et de la cour. De même, on peut douter de la sincérité des sentiments de Célimène envers Alceste.

La société du paraître : c'est le monde de la cour, représenté par Acaste et Clitandre. Les deux petits marquis s'intéressent à la mode, leur apparence physique, et s'inquiètent de leur prestation auprès du roi. Ils ont peu de personnalité et sont souvent ridicules. Ils fonctionnent en binôme. Leur occupation tourne essentiellement autour des intrigues amoureuses. Ce sont des rivaux, qui peuvent être très mesquins, comme avec Célimène à la fin de la pièce.

L'épicurisme :
à sa manière, Célimène pratique la morale d'Epicure, un philosophe grec pour qui la notion de plaisir est une notion essentielle. Célimène fait ce qui lui chante, quitte à être cruelle. Ses relations amoureuses ne sont qu'un jeu.

L'erreur à éviter : « le Misanthrope est une pièce pessimiste »

Le Misanthrope est une comédie avant tout. Même si le ton est parfois sérieux et que l'auteur dénonce les travers des hommes, il y a aussi du rire dans cette pièce. Alceste par exemple, devient ridicule à force de misanthropie. Et le caractère volage de Célimène est révélateur des mœurs de la cour qui sont moquées. Dans cette pièce, Molière n'abolit pas le rire. Il renouvelle le comique, qu'il met au service d'une critique des mœurs.

Pour mieux réviser, retrouvez aussi : Théâtre, ce qu'il faut connaître pour le bac

Et notre dossier spécial bac français !

dernière mise à jour : 09 avril 2009
Forums Public Ados