Peur Express : Découvrez un extrait du roman ! - Livres | Ados.fr
Peur Express

Peur Express : Un extrait du livre

 

Peur Express, le nouveau roman de Jo Witek vient de sortir en librairies. L'occasion de te laisser embarquer dans un thriller haletant à bord d'un train dont la destination n'est pas celle que l'on croyait...

 

En exclusivité sur Ados, voici un extrait de Peur Express:

 

 

"Puis sa voisine était revenue le nez ensanglanté. Ridicule blessure qui lui permettait de se placer en victime de l’agressivité adolescente. Petite vengeance de l’adulte qui exhibait la preuve d’une jeunesse qui foutait le camp, d’une jeunesse qui s’égarait dans une violence ordinaire. Indie ne put s’empêcher de penser que certains adultes détestaient cette jeunesse tout simplement parce qu’ils l’avaient perdue et enterrée depuis longtemps et qu’il leur était insupportable de se retrouver face à elle en pleine lumière.

Quelques instants plus tard, le train avait tenté de repartir avant de s’immobiliser de nouveau. Les lumières s’étaient éteintes au profit d’une rangée de petites veilleuses de secours.
Une femme avait diffusé un message signalant qu’il y avait “un problème technique majeur et que le train était immobilisé pour une durée indéterminée”. Depuis, le temps s’était étiré.
Chaque minute se transformant en heure et les batteries des ordinateurs s’étaient peu à peu épuisées, laissant les voyageurs se perdre dans une sorte de rêverie forcée. Pour passer le temps, les “voyageurs-travailleurs” s’étaient donc mis à dialoguer. Les commentaires allaient bon train et la rumeur de la possibilité d’une nuit entière coincée dans le TGV commençait à se répandre, même en première classe.


– On devrait peut-être s’organiser ! proposa un homme, tout en se levant dans la demi-pénombre de l’éclairage de secours.
– Si le train reste bloqué, il faudrait réunir des vivres, de l’eau, des lampes de poche, suggéra un autre voyageur. Il y a sans doute pas mal d’enfants dans ce train…
– Justement ! s’insurgea l’unique femme de la voiture 1 à voyager en famille. Vous ne faites qu’inquiéter les petits avec vos propos alarmistes. Laissez le personnel de bord s’occuper de nous !
– Très bien, c’était pour aider, conclut l’homme plein de zèle, se rasseyant avec dépit sur sa bravoure.
– Excusez-moi, mademoiselle, je peux vous emprunter votre ordinateur ? demanda nerveusement la voyageuse à côté d’Indie.
– Pour quoi faire ? répondit l’adolescente sur un ton agressif.
– Je ne supporte pas l’inactivité et mon ordinateur n’a plus de batterie…
– Ah ! Vous voyez, je vous l’avais dit que c’était une antiquité, votre truc. Bon, OK, je vous le prête. Vous avez au moins encore deux heures d’autonomie avec le mien. Je vous laisse, je vais prendre l’air !


Suivant son instinct, elle descendit à l’étage inférieur à la recherche d’un coin tranquille pour fumer le pétard qu’elle s’était préparé avant de partir. J’en ai bien besoin, avec tous ces tarés et ce train fantôme perdu en pleine brousse ! Par chance, le niveau inférieur était plus calme. Elle tenta d’appuyer sur le bouton de la porte qui, comme par enchantement, s’ouvrit. Délire ! se dit-elle. Je croyais qu’ils verrouillaient les accès en cas d’arrêt. J’ai de la veine. Elle entrebâilla la porte juste assez pour laisser discrètement s’échapper la fumée et ressentir la fraîcheur de la nuit sur son visage. Elle alluma sa cigarette de cannabis avec un plaisir inouï. Cela faisait maintenant six mois qu’elle achetait de la drogue. Au début, elle avait fumé pour se rendre intéressante, pour que sa vie ressemble à quelque chose. Mais ses parents comme toujours n’avaient rien vu et son habitude était très vite devenue une nécessité. Elle en avait besoin désormais. Surtout quand la vie lui prenait la tête comme ce soir.


– C’est bon ? Ça fait du bien ?

Indie se retourna d’un coup. Surprise par cette personne dont elle ne percevait que la silhouette mais qui visiblement ne lui voulait pas de mal. Grand, mince, un homme, plutôt jeune.
– Ouais, je n’en pouvais plus d’être enfermée. Je commence à en avoir ma claque de ce train pourri ! dit-elle au jeune homme qui restait à distance. Tu en veux une taf ?
– Pourquoi pas… répondit l’inconnu en s’avançant vers elle très lentement.
Jolie voix ! constata Indie. Peut-être que je vais enfin faire une rencontre originale, pensa-t-elle en fermant les yeux pour s’imprégner de cette idée. Une belle histoire d’amour avec un inconnu ! Pourtant, quand elle rouvrit les yeux, ce ne fut pas une romance qui l’attendait, mais le pire des cauchemars. Le type était face à elle et, sans lui laisser le temps de réagir, il enserra sa gorge et plaqua son autre main sur sa bouche pour l’empêcher de crier. Indie le regarda avec effroi, la bouche grande ouverte sous des mains gantées de cuir.
– Calme-toi ! Je ne te veux pas de mal. Je veux juste t’offrir ta nuit de liberté, ma belle. Tu verras, le monde est beau surtout sous la neige…


Puis, d’un coup de botte, il ouvrit en grand la porte du train ; une bourrasque les fit vaciller. Indie le supplia du regard. Le jeune homme prit le temps de la laisser imaginer le pire. Il lui caressa la joue, la gorge, lui sourit avant de la précipiter violemment à l’extérieur comme un vulgaire déchet et de refermer la porte.
Indie resta un long moment allongée dans la neige, le souffle coupé. Complètement tétanisée, elle se mit en chien de fusil pour chasser de son cerveau cette image qui la hantait. Incapable de mouvement ni de réaction, elle laissa la neige la recouvrir d’un linceul blanc. Elle n’avait pas rêvé. C’était lui !
Le garçon qu’elle avait vu dans l’autre train. Le fantôme que le petit garçon avait dessiné. Ce regard profond. Il lui voulait du mal. Il voulait qu’elle meure, seule dans le froid. Et les pensées d’Indie finirent par réenclencher son instinct de survie. Son corps reprit mouvement. Elle releva la tête, ouvrit les yeux et découvrit ce paysage uniformément blanc, brumeux et sans vie. Elle tenta d’évaluer la situation. À sa droite, le gigantesque train immobile, presque privé de lumière, à sa gauche : le précipice. Elle se trouvait sur un pont ! Un large pont qui semblait se perdre dans un horizon infiniment obscur. OK, OK, OK ! Indie ! Il faut rentrer dans le train sinon tu vas crever ! se dit-elle pour tenter de reprendre le contrôle sur son esprit. Mais ses déplacements demeuraient flous, vagues, pesants. Pourquoi j’ai fumé cette merde ? Je ne sais même pas si ce que je suis en train de vivre est réel ou irréel. Le vent lui fouettait les joues, la neige pénétrait ses yeux, sa bouche, ses narines. Elle ne percevait rien dans cette nuit brumeuse, rien d’autre que le regard de son agresseur qui la toisait derrière les vitres du train. Son image se multipliait. Le fantôme s’était métamorphosé en une rangée de fantômes, des dizaines de visages impassibles qui la menaçaient de toute part derrière chaque vitre. L’image sérielle du fantôme lui indiquait d’un petit signe de doigt qu’il ne la laisserait pas pénétrer dans le train. Alors, la jeune fille se mit à courir le long de la voie. Agitée de spasmes, la respiration courte, elle courut pour échapper à ce cauchemar. Mais plus elle courait, plus le fantôme la devançait. D’une voiture à l’autre, il la menaçait de son insondable sourire. Il voulait qu’elle meure seule sous la neige ! Indie précipita sa course le long de la machine et, dans la panique, vint chuter sur une butte de givre, se blessant sévèrement la cheville.


– Ahhh ! Aïe ! Aïe ! Au secours ! Je vous en prie ! Aidez-moi !
Mais ses cris furent aussitôt emportés par une bourrasque. Personne à l’intérieur du train ne pouvait l’entendre. Personne même n’aurait pu imaginer à ce moment précis qu’une jeune fille avait pu s’échapper du TGV. Elle allait mourir, seule, sur une voie de chemin de fer enneigée. Papa, maman ! Aidez-moi ! pria-t-elle tout en constatant sur l’écran de son téléphone portable qu’elle n’était plus reliée à aucun réseau. Elle était seule désormais face à une mort précoce. Alors, recouverte de neige, elle pleura avec rage puis avec regret avant de céder au désespoir. Elle se laissa happer par la nuit. Immobile, le regard tourné vers un ciel sans étoiles ; un long cri déchira sa poitrine.
– Aidez-moi !


Un hurlement sauvage, primitif, un ultime SOS que la nuit dévora d’une traite. Tétanisée par le froid, la peur et sa souffrance à la cheville, elle se mit alors à sangloter comme une toute petite fille.

 

Peur Express, de Jo Witek,  Actes Sud Junior (Thriller), février 2012, 333 pages, 14,50 Euros.  

dernière mise à jour : 12 mars 2012
Forums Public Ados