Spécial bac français : les trucs à retenir sur L'Assommoir - Livres | Ados.fr
L'Assommoir

Spécial bac français : les trucs à retenir sur L'Assommoir

Le courant littéraire de L'Assommoir :

Le naturalisme, dont Zola est le chef de file. Ce mouvement littéraire découle du réalisme. L'Assommoir est le septième roman d'une série consacrée au monde ouvrier. Pour décrire ce milieu social, Zola s'appuie sur une méthode scientifique. Le roman devient un lieu d'expérimentation des mécanismes qui sous-tendent l'homme et la société. « J'ai voulu peindre la déchéance fatale d'une famille ouvrière dans le milieu empesté de nos faubourgs », écrit Zola dans la Préface.

Le personnage principal :

Gervaise, la seconde fille d'Antoine Macquart, un homme lâche et ivrogne, et de Joséphine Gévaudan, une femme travailleuse mais intempérante. Marquée par l'hérédité - sa mère est névrosée et son père alcoolique -, elle boîte et a un penchant affirmé pour la bouteille. Elevée dans la rue, elle entre à dix ans chez une blanchisseuse. Son amant, Lantier, lui fera deux fils. A quatorze ans, elle tombe enceinte de Claude. Plus tard, elle épousera Coupeau, un ouvrier-zingueur aux avances duquel elle finit par céder. Ils auront une fille, Nana. Au début du roman, Gervaise est une femme douce et travailleuse mais sa vertu va se dégrader.

Comparez-la à :

Pierre Rougon, un autre personnage de Zola. Pierre est le fils de Rougon et d'Adélaïde Fouque qui apparaît dans La Fortune des Rougon (1871). Né en 1787, il est de la deuxième génération et n'est pas issu du même milieu social que Gervaise car sa mère est aisée. Mais les deux personnages possèdent des traits communs. Ce sont des travailleurs, qui savent gagner de l'argent. Ils cherchent tous les deux à atteindre une certaine forme de bonheur par le confort financier. Mais les ambitions de Gervaise sont beaucoup plus modestes que celle de Pierre.

Boule de suif et autres nouvelles, de Maupassant. Pour son statut de prostituée au coeur tendre, bien en chair, victime de la médisance sociale. 

L'argument qui tue : « Gervaise a t'-elle l'étoffe d'une héroïne de roman ? »

Gervaise est le personnage central de la fiction. Son personnage est bon (Gervaise est douce et travailleuse), mais ses caractéristiques physiques - elle est boîteuse et deviendra laide et grasse) et ses tares - folie, alcoolisme - n'en font pas un exemple du héros conventionnel. Son personnage est une illustration de la vie d'une femme issue des classes laborieuses et vivant dans le quartier populaire de la Goutte d'Or à Paris. Sa vie s'achèvera dans la déchéance physique et morale.

 

Les films à voir en complément :

Il y a eu de nombreuses adaptations de L'Assommoir au cinéma. La plus célèbre est sans doute Gervaise, un film de René Clément sorti en 1956. Voir un extrait ci-dessous :

 

 

 

Les citations importantes :

« Vous étiez blanchisseuse dans votre pays, n'est-ce pas, ma petite ? Gervaise, les manches retroussées, montrant ses beaux bras de blonde, jeunes encore, à peine rosés aux coudes, commençait à décrasser son linge. Elle venait d'étaler une chemise sur la planche étroite de la batterie, mangée et blanchie par l'usure de l'eau; elle la frottait de savon, la retournait, la frottait de l'autre côté. Avant de répondre, elle empoigna son battoir, se mit à taper, criant ses phrases, les ponctuant à coups rudes et cadencés. - Oui, oui, blanchisseuse.. A dix ans...»

« Une puanteur fade montait de tout ce linge sale remué. - Oh! la, la, ça gazouille! dit Clémence, en se bouchant le nez. - Pardi ! si c'était propre, on ne nous le donnerait pas (...) Ça sent son fruit, quoi ! »

« Gervaise s'amusa à suivre trois ouvriers (...) qui se retournaient tous les dix pas; ils finirent par descendre la rue, ils vinrent droit à l'Assommoir du père Colombe. - Ah bien! murmura-t-elle, en voilà trois qui ont un fameux poil dans la main! On parlait très fort, avec des éclats de voix qui déchiraient le murmure gras des enrouements. »

« Dès que le mariage fut décidé, elle s' arrangea, fit des heures en plus, le soir, arriva à mettre trente francs de côté. »

 

Les grands thèmes de L'Assommoir :

L'alcoolisme : Gervaise est alcoolique, comme son père, sa mère et ses grands-parents. L'Assommoir est une dénonciation en règle du fléau de l'alcool. Zola témoigne de la réalité objective de la misère.

Le déterminisme : Derrière chacun des actes des personnages, c'est le déterminisme biologique et social qui opèrent. L'hérédité et le milieu de Gervaise l'empêchent de réussir sa vie.

La rudesse de la vie : Zola décrit le quotidien des "petites gens" sans l'embellir. Il donne à voir la violence conjugale, la faim, le froid. Le roman a donc une valeur de document sociologique.

 

L'erreur à éviter quand on parle de L'Assommoir :

Dire que Gervaise est une femme simple et sans consistance, pourrie par son penchant pour l'alcool. En fait, Gervaise n'est que la victime malheureuse de son milieu social.

 
Pour mieux réviser, retrouvez aussi : Roman, ce qu'il faut connaître  pour le bac

Et notre dossier spécial bac français


 

dernière mise à jour : 30 janvier 2012
Forums Public Ados